samedi 6 avril 2013

F comme... Falsification d'un registre paroissial.

Le 7 mai 1635 se seraient mariés à Templeuve-en-Dossemer Jacques ROTY et Marie DESMILLESCAMPS.  Seulement l'acte a été barré.  Cela arrive parfois, on peut penser que l'acte de mariage a été annulé.
 
 

Eh bien non, cet acte est barré car cet acte est un faux ! Il a été falsifié ! En témoigne un procès de 1715.

*****
 
En 1715, le registre aux causes criminelles de la ville de Lille (conservé aux archives municipales de Lille), mentionne un procès opposant les personnes suivantes :
  • Damoiselle Catherine DELEMOTTE veuve de Pierre Fabien BERNARD et les enfants et héritiers d'Etienne DELEMOTTE demeurant à Tournai d'une part, contre
  • Antoine ROTY
Les registres paroissiaux de Templeuve-en-Dossemer (près de Tournai) indiquent que le 7 mai 1635 aurait été épousé Jacques ROTY fils de Jean et paroissien de Lille, et Marie DESMILLESCAMPS présente sa sœur Damoiselle Antoinette ROTY femme au Sieur DESPATURES et Maximilien DESMILLESCAMPS.
Ce registre serait faux, principalement en ce qui est écrit dudit prétendu mariage, pour les dits DELEMOTTE, il serait exact selon ledit Antoine ROTY.
 
Pourquoi ce procès, rien ne permet apparemment de le savoir exactement actuellement, mais il s'agit probablement d'une question d'argent, d'héritage.
 
Le procès se déroule donc et est relaté dans un long document de plus de 400 pages où se succèdent interrogatoires, témoignages, contre-interrogatoires, confrontations, etc...
  
Différentes dépositions se succèdent :
  • Maître Michel DUPUIS prêtre, pasteur de Templeuve-en-Dossemer, âgé de 36 ans.
  • Maître Jacques LESCOLIER prêtre, pasteur de Blandain.
  • Alexandre François DE WAILLY fils de feu Nicolas, âgé de 44 ans, natif de Blandain et clerc dudit lieu.
  • François Remy FRUICT conseiller du Roi au bailliage et greffier des Etats de la ville de Lille, âgé de 64 ans.
  • Jean JOSSON fils de feu Robert, âgé de 42 ans, né à Nomain, marchand toilier à Lille.
  • Nicolas DILLIES fils de feu Toussaint, âgé de 65 ans, clerc de Templeuve-en-Dossemer.
  • Jacques DUBUS fils de feu Antoine, âgé de 42 ans, laboureur à Templeuve-en-Dossemer.
  • Pierre François DE WAILLY fils de feu Nicolas, âgé de 49 ans, Bailly de Blandain.
  • Maître Gaspard DELAVALLEE fils de feu Rodolphe, âgé de 49 ans, procureur postulant à Lille.
  • Maître Nicolas Antoine CORNILLOT fils de feu Jean-Baptiste, âgé de 38 ans, né à Tournai, pasteur du village d'Hellemmes.
  • Pierre Clément HESPEL écuyer, Sr d'Hoeron, fils de feu François Séraphin, âgé de 59 ans, né à Lille.
  • Jacques Philippe DEUNETTE chevalier, Sieur de la Vicht, fils de feu Jacques, âgé de 62 ans.
  • Gilles BRA fils de feu Simon, âgé de 50 ans, né et demeurant à Templeuve-en-Dossemer.
  • Marc MANCHE fils de feu Maximilien, âgé de 74 ans, né à Blandain, laboureur y demeurant.
  • Guillaume François BONTE fils de feu Nicolas, âgé de 50 ans, né à Templeuve-en-Dossemer, lieutenant dudit lieu.
  • Balthazar LECLERCQ fils de feu Bon, âgé de 46 ans, né à Templeuve-en-Dossemer, collecteur y demeurant.
  • Josse MERLIN fils de feu Josse, âgé de 56 ans ou environ, né à Templeuve-en-Dossemer, greffier notaire dudit lieu.
  • Maître Dominique Jean BAYE fils de feu Jean François, âgé de 30 ans, licencié en médecine, demeurant à Lannoy.
  • Françoise LECOMTE femme d'Allard BOULANGER drapier demeurant à Lannoy, âgé de 48 ans.
  • Marie Chrétienne BOULANGER fille d'Allard, âgée de 18 ans, demeurant à Lannoy.
  • Maître Jacques Albert WAYMEL fils de feu Michel, âgé de 31 ans, avocat à Lannoy.
  • Louis DE CHEVERY et Josse BOONNE maîtres écrivains, lesquels ont examiné le registre des mariages de Templeuve de 1635 et fait une étude graphologique de l'écriture.
Suite à ces témoignages, plusieurs personnes seront arrêtées et emprisonnées, accusées d'avoir participé à la falsification de ce registre :
  • Antoine ROTY fils de feu Jacques, âgé de 50 ans, né à Blandain, demeurant à Lille.
  • Roland François MERLIN fils de Josse, âgé de 25 ans, né à Templeuve-en-Dossemer.
  • Toussaint DILLIES fils de Nicolas, âgé de 30 ans, né et demeurant à Templeuve-en-Dossemer.
  • Nicolas DILLIES fils de feu Toussaint, âgé de 65 ans, clerc de Templeuve-en-Dossemer.
  • Josse MERLIN fils de feu Josse, âgé de 56 ans, greffier et notaire à Templeuve-en-Dossemer.
En conclusion dudit procès, l'enregistrement du mariage de Jacques ROTY avec Marie DESMILLESCAMPS qui se trouve dans le registre de Templeuve-en-Dossemer sous la date du 16 mai 1635 est déclaré faux et falsifié.
 
Antoine ROTY et Roland François MERLIN sont condamnés à être pendus et étranglés jusqu'à ce que mort s'ensuive à une potence qui sera dressée vis-à-vis de l'hôtel de ville de Lille.
Nicolas DILLIES fils et Josse MERLIN sont condamnés à servir de forçats sur les galères du Roi à perpétuité.
Nicolas DILLIES père et Toussaint DILLIES fils seront simplement blâmés.
 
Les accusés iront en appel de leur procès, Roland François MERLIN tentera même de s'évader de prison et finalement les condamnations seront les suivantes :
 
Antoine ROTY et Roland François MERLIN sont condamnés à être battus et fustigés nus de verges es carrefours et lieux accoutumés su grand tour de la ville de Lille, et ce fait conduits aux galères du Roi pour y servir de forçats à perpétuité.
Nicolas DILLIES fils est condamné à servir de forçat dans les galères du Roi l'espace de 5 ans.
Josse MERLIN est interdit de ses fonctions de notaire et greffier et de toutes autres charges publiques.
Nicolas DILLIES est simplement blâmé.
Aucune accusation ne sera finalement retenue contre Toussaint DILLIES fils.
 
*****
 
Je n'ai fait que parcourir rapidement ce procès qui mériterait une analyse attentive afin de reconstituer les causes, les éléments ayant conduit à la falsification de ce registre, afin de connaître le rôle de chacun des protagonistes dans cette affaire.  Il serait certainement utile de rechercher d'autres éléments aux Archives Départementales de Lille ou aux archives municipales de Lille qui permettraient de mieux comprendre les raisons de ce procès et de connaître ce que sont devenus les différents accusés.

2 commentaires:

  1. Eh bien, on ne rigolait pas avec les mensonges "officiels", à cette époque-là !

    RépondreSupprimer
  2. au gouvernement ils feraient bien d'en "prendre de la graine " !!!

    bnne évocation, en effet une etude plus approfondie serait interessante, surtout au vu des lourdes condamnations ...
    bon dimanche
    selma cayol

    RépondreSupprimer